Septentrion :

Salon du livre de Montréal

Au passage

Enthéos


Histoire populaire du Québec

Entre poudrés et pouilleux

Exilés au nom du roi, les fils de famille et les faux-sauniers en Nouvelle-France 1723-1749

FRANCO - AMÉRIQUE

Onontio le médiateur

Québec en 1608 cases

L'État n'est pas soluble dans l'eau bénite


Paule Baillargeon : Trente tableaux
« Anasthasie, c'est moi. »

Anastasie ou la censure du cinéma au Québec

Auteur : Yves Lever
Éditions du Septentrion, Québec


Montréal, le 6 novembre 2008

« Avec Ingmar Bergman, le cinéma suédois occupe déjà une bonne place dans l'intérêt des cinéphiles. Bergman a commencé à réaliser dès les années 1940, mais ce n'est qu'au début des années 1960 qu'arrive son oeuvre au Québec. » (p. 219)

Le public québécois a-t-il eu réellement accès aux oeuvres cinématographiques, et, si oui, dans quelles conditions ? « Anasthasie. Tel est le nom avec lequel on personnalise la censure dès le milieu du XIXe siècle dans le monde culturel francophone » (p. 9)

Cette histoire commence avec les autorités religieuses qui considèrent les « vues animées » comme « une école du soir tenue par le diable » et qui tentent de faire interdire les projections le dimanche.

L'État québécois ayant légiféré dans le même sens, l’accès aux salles était interdit aux moins de 16 ans et un omniprésent bureau de censure examinait tous les films avant leur projection en public. Ce comité - qui avait tous les pouvoirs pour les accepter, les refuser en tout ou en partie - dura 60 ans. Les films français autant que la production québécoise ont dû faire face à des interdictions et coupures, et les films - quand ils pouvaient être vus - s'en trouvaient souvent complètement transformés au point d'en devenir incompréhensibles.

Anastasie ou la censure du cinéma au Québec est abondamment illustré et truffé d’anecdotes savoureuses, de même que plusieurs index, général et des films, bibliographie, chronologie...

L'auteur
Yves Lever, qui travaille à ce projet depuis plus de 5 ans, relate dans son livre la mise en place, l'exercice et la disparition des diverses formes de censure du cinéma au Québec. Né en 1942 à Marsoui (Gaspésie). il est historien et critique du cinéma, professeur émérite du Cégep Ahuntsic, il est l’auteur de plusieurs études et ouvrages dont Histoire générale du cinéma au Québec, rédacteur de plusieurs entrées dans le Dictionnaire du cinéma québécois et a collaboré à des ouvrages collectifs, dont le Dictionnaire de la censure au Québec. Littérature et cinéma, paru en 2006.

Bande-annonce du livre
Éditions du Septentrion, Québec

Pour en savoir plus sur Montréal - calendriers culturels
Quoi faire à Montréal
Calendrier CINÉMA
Articles récents - Arts et culture, tourisme à Montréal
Recherche dans le site ou dans Internet