Coffret DVD Le Journal d'Anne Frank

« Difficile de croire qu'il y a un mois seulement,
nous fêtions mon anniversaire et
nous étions tous si heureux »

« Essaie de penser à toute la souffrance qu'il y a dans le monde »


Montréal, le 27 janvier 2010

Aujourd'hui, c'est le 65e anniversaire de la libération du camp d'Auschwitz, camp de la mort allemand nazi situé en Pologne auquel seul son père a survécu.

Anne Frank

Jeune juive allemande « à la merci des monstres les plus odieux ayant jamais sévi sur Terre ».

« Et pourtant, la vie continue... C'est étrange »
Une fois libéré, son père Otto a vécu jusqu'en 1980. Sa femme Édith se serait laissée mourir de faim et les deux filles, Margot et Anne, sont toutes deux décédées dans des camps. Otto Frank a accepté de faire publier le journal de sa fille en se souvenant qu'elle souhaitait survivre par le biais de ses écrits. La guerre enfin finie n'intéressant personne, il lui a été difficile de trouver un éditeur.

Le Journal d'Anne Frank est un des livres les plus lus au monde.

« Dehors, les juifs se font tuer comme des lapins »
Le Journal d'Anne Frank
raconte le quotidien de quatre, puis sept plus un chat et enfin huit êtres humains forcés à se cacher en raison de l'intolérance. Ce sont les pensées d'une fille de 14 ans confiées à des pages d'un cahier devenu sa meilleure amie. Dans le film reconstitué, on entend avions, bombardements et cloches d'église au dehors mais eux sont tous les huit ensemble dans cette cachette aux étages supérieurs du magasin du père. Il raconte la trop grande proximité, le caractère pas toujours compatible des uns et des autres, la fragilité des êtres et intègre les mots allemands comme ersatz, mots ayant été forcés et passés dans la langue des pays que les nazis occupaient - celui-là en particulier, longtemps resté dans la langue française par la suite, signifiant un item de remplacement en l'absence du produit véritable comme le café ou le beurre et auquel tout le monde était habitué.


Extraits

« Une fois, j'ai même vu un couple de juifs marcher dans la rue. Je me serais cru devant une des sept merveilles du monde. »

« Ah! ce que tu peux être pingre quand tu t'y mets »

« Ce n'est hélas qu'un ersatz »

« ... mais il faut savoir se sacrifier pour la bonne cause »

« C'est une vraie poissonnière, grosse, rougeaude, en plus elle est très envahissante, fourbe, calculatrice, manipulatrice, cupide, vaniteuse, hypocrite. HA! si seulement je pouvais la jeter dans un seau d'eau et l'enfermer dans la remise à charbon!», écrit Anne à propos de Madame Van Daan, épouse bourgeoise de la famille qui a rejoint les Frank dans leur cachette. Le huitième était dentiste et s'appelait Düssel : « C'est que j'ai une profession, moi ».

« Les Hollandais se sont transformés en un peuple de voleurs »

« Ces horribles Allemands nous ont opprimés et menacés pendant si longtemps »

« Ils ont lâché une bombe dans la rue voisine. Nous tremblons à l'idée qu'un incendie se déclare et que nous soyons brûlés vifs avant notre sauvetage par les Alliés. »

« Tu n'as pas été tellement gentille avec moi. Est-ce qu'il t'arrive de penser à autre chose qu'à toi ?», lui signale le fils de la famille Van Daan qui avait pu amener son chat alors qu'on avait interndit le même privilège à Anne.

PLUS JAMAIS ÇA
Tous ces extraits reflètent les pensées de l'adolescente à qui on avait enseigné la devise Espoir et travail. Pensées qu'elle a confiées à son journal laissé dans la cachette lorsqu'ils furent appréhendés par des soldats allemands après avoir été dénoncés. Pendant plus de deux ans, des chrétiens avaient pris soin d'eux secrètement, deux années pendant lesquelles ils se sont nourris de ce qu'ils pouvaient, la nourriture étant devenue de plus en plus rare et quantifiée.


Le coffret DVD comprend le film dans lequel le journal et toutes les personnes du petit monde de cette cachette contre l'intolérance des peuples et des religions sont mis en scène et tournés dans une maison strictement reconstituée ainsi qu'une entrevue avec un cousin qui raconte ses souvenirs d'Anne et de toute la famille Frank avant la guerre ainsi que du père Otto Frank à son retour d'Auschwitz. L'entrevue se fait en anglais avec sous-titres en français. Le film, lui, est en français.

Livres, musique, CD, DVD
Livres sur la Conquête du Canada par les Anglais et ses effets sur la population d'alors et d'aujourd'hui

FILMS
Le mur de fer

Je porte le voile
Rachel

FEMMOPHOBIE.com
Montréal
Articles sur Montréal et le Québec en français
Quoi faire à Montréal
Petits et grands meurtres corporatifs presque parfaits

Voir aussi les calendriers :
Beaux-Arts
Cinéma
Expositions
logo ServicesMontreal.comMusique classique
Quoi faire à Montréal en famille, avec des enfants

Recherche Internet