Centre d'histoire de Montréal
Exposition fascinante sur 3 anciens quartiers démolis pour le progrès dans le sud-est de la ville
Exposition de photos concours
Exposition permanente


Montréal, 29 juin 2011

Le maire Drapeau, l'armée, le progrès
La pègre, la prostitution, les familles, la police
Quartiers Red Light, Goose village et Faubourg à m'lasse


Quartiers disparus de Montréal
Une exposition-documentaire du Centre d’histoire de Montréal
Du 15 juin 2011 au 25 mars 2012

Une ville n’est pas un objet figé, c’est un corps en perpétuel mouvement, en perpétuel changement. C'est ce qu'ont appris à leurs dépens les familles qui habitaient trois quartiers qu'il a fallu démolir afin de construire les grands projets du maire Drapeau, l’Exposition universelle de 1967 et les Jeux olympiques de 1976. Montréal vivait ses heures de gloire et devenait ville du monde.

Entre 1950 et 1975, période de modernisation mondiale, le maire de Montréal fait face au Red Light District, un quartier situé entre les rues Saint-Laurent et Amherst, Sherbrooke et les docks. Il faut se rappeler que tout se passait en anglais pendant la majorité de ces années. Le port de Montréal recevait des matelots qui ne connaissaient de la ville que les adresses de rendez-vous rapides. Les familles étaient pauvres, les filles se retrouvaient à faire le plus vieux métier du monde. Au 312 de la rue Ontario, 75 filles les passaient à la queue sur 24 heures. Aujourd'hui, trois hommes racontent mais aucune Madame ni prostituée pour témoigner.

Pour raconter l'histoire ou les histoires des deux autres quartiers, un court métrage documentaire pour chacun dans lequel on explique la vie d'alors et pour les entendre, des banc, tabourets ou chaises de cuisine d'époque où s'asseoir et découvrir les espaces qui leur ont été consacrés avec beaucoup de recherche par le Centre d'histoire de Montréal.

Selon les nombreuses photos ayant fait partie d'un travail d’inventaire considérable réalisé par deux employés de la ville, on se rend compte que toutes ces demeures n'étaient pas nécessairement des taudis, même si là était l'argument officiel. De fait, le problème était davantage créé par la prostitution, la pègre, la pauvreté et possiblement le manque de rigueur dans la construction.

Chacun son grain de sel
Alors, quand on se trouve face au babillard où il est possible d'afficher son point de vue sur l'exposition ou sur Montréal, on a envie de se demander quel leg font aujourd'hui les habitants des rues qui subsistent ? Est-ce que dans 50 ans ce sont les garçons que nous plaindrons depuis que les vraies femmes sont là devenues totalement indésirables et se font expulser systématiquement des terrasses et des listes de divertissement, critiquerons-nous la police et quelles mafias, quels lieux spécialisés ou quel nouveau genre de «progrès» suivant les intérêts de quelques-uns faisant lui aussi ses victimes sans recul et sans pitié ?

Le commentaire de Robert Petrelli, ancien résidant du Red Light : « Ce qu’on appelle le progrès peut nous aveugler beaucoup. » C'est encore vrai aujourd'hui !

Exposition de photos concours
À l'étage du dessus dans cette ancienne caserne de pompiers se trouve une exposition de photos sélectionnées lors d'un concours récent ayant pour thème l'architecture contemporaine en comparaison avec l'architecture moderne. On y trouve quelques explications et un jeu interactif.

Exposition permanente
Montréal en 5 temps présente aux visiteurs un survol de l’histoire de la ville de 1535 à aujourd’hui. De grandes cartes, des installations audio-historiques sur la Grande Paix de 1701 et du parlement de Montréal qui fut vite la proie des flammes de la part de ceux qui le voulaient ailleurs, des objets du passé et la véritable statue de Nelson (celle de la place Jacques-Cartier est en effet une copie), des souvenirs d'Expo 67 et une jolie maquette des immeubles résidentiels anciens avec hangar et tout font partie de cette exposition.

En fin de compte
Si à l'époque des démolitions de ces trois quartiers du sud-est de Montréal il y avait dix villes qui s'appliquaient à des défis semblables au Canada, apprend-on à la lecture de journaux d'époque, on se rend tout de même compte que ce n'étaient pas tous des taudis. Plusieurs immeubles auraient dû être sauvés, avec leurs grandes armoires de bois, leurs vitraux, leur architecture décorative... malheureusement, les pics des démollisseurs sont passés. Pour les voir et pour entendre les témoignages, il faut visiter l'exposition au Centre d'histoire de Montréal.

Suivez notre blogue - voir quelques photos des expositions du CHM

Centre d’histoire de Montréal,
335, place d’Youville
Vieux-Montréal (Québec)
Métro Place-d’Armes ou Square-Victoria
Horaire : du mardi au dimanche, de 10 h à 17 h

Tarification
Adulte 6 $, Étudiant 4 $, Aîné 5 $
Tarifs spéciaux pour les groupes, les détenteurs de la carte Accès Montréal et de la Carte Musées Montréal Information : 514 872-3207
Site web : ville.montreal.qc.ca/chm

Livres, musique, CD, DVD
Fanfreluche

Retrouvez ServicesMontreal.com :
Montreal157 sur notre nouveau blogue
Montreal157 sur Twitter
Montreal157 sur YouTube
ServicesMontrealcom sur Facebook
Van valise non troppo sur MySpace

Montréal
femmophobie.com
Articles sur Montréal et le Québec en français
Quoi faire à Montréal
8 mars, Tournée infernale des meufs


Voir aussi quelques calendriers :
Cinéma
logo ServicesMontreal.com Expositions
Quoi faire à Montréal en famille, avec des enfants
Excursions et spectacles en dehors de Montréal

Recherche Internet